Laboratoire de dramaturgie musicale

Responsables : Joël Heuillon et Giordano Ferrari
Membres : Carmelo Agnello, Giordano Ferrari, Joël Heuillon

 

 

Le « Centre de Dramaturgie Musicale  » est constitué de deux composantes (« Euridice 1600-2000 » et « D.M.C.E. ») qui travaillent sur des thématiques communes :

- la voix, en tant que médium musico-poétique, dans l’usage pluriel qui en est fait dans la musique vocale savante de la tradition occidentale (du 1er baroque à aujourd’hui) ;

- l’interprétation : avec une réflexion méthodologique fondée sur un échange entre théorie et pratique musicale ;

- la dramaturgie musicale du XXe et XXIe siècle (analyse, conception, mise en scène) ;

 

La première composante, « Euridice 1600-2000, l’opéra entre archéologie, création et représentation », se propose depuis sa création (ACIJ Blanche Jeunes Chercheurs en 2000), d’étudier les relations entre musique et poésie à l’aube de l’âge baroque (fin 16ème et début 17ème siècles), dans les cours du nord de l’Italie (innovations musicales langagières et formelles).

Deux spécificités de ce groupe de recherche :

- a) l’interdisciplinarité : toutes les actions de recherche, séminaires, colloques et concerts (moments de synthèse), sont menées sous le regard croisé d’un musicologue (Joël Heuillon, Paris 8) et d’une spécialiste de mythographie et de littérature comparée (Françoise Graziani, Université de Corse)

- b) les actions spéculatives sont secondées par une mise à l’épreuve du réel : des artistes professionnels sont associés au groupe de recherche pour « expérimenter », lors d’ateliers d’interprétation et de concerts, les catégories élaborées. Le travail proprement dit consiste à comprendre les œuvres concernées au travers du filtre de la « doxa » du temps (pour en saisir « de l’intérieur » le poids, le sens, la portée) ; cela consiste également à analyser finement, dans les œuvres (madrigaux, polyphoniques ou monodiques ; « favole in musica  » ; oratorios ; cantates…), les articulations musico-textuelles proposées par les compositeurs. Cela consiste enfin à questionner, après identification, la pertinence des moyens représentatifs propres dont la musique s’est dotée alors dans la perspective de « performer » ces œuvres : les codes anciens de représentation, entre attitude « archéologique » et postures innovantes…

 

La seconde composante, émanant d’un financement ANR (« Jeunes chercheuses et jeunes chercheurs » 2005-2008), « Dramaturgie Musicale Contemporaine en Europe » (D.M.C.E.), développe ce champ en direction de l’opéra moderne et contemporain, ainsi qu’en direction du théâtre musical. En s’appuyant sur un réseau européen de chercheurs (Berlin, Oxford, Lisbonne, Pavie, Athènes), le D.M.C.E. a réalisé une série de quatre colloques internationaux (avec la publication des actes) et une base de données sur Internet concernant les créations de dramaturgie musicale en Europe à partir de 1900 jusqu’à nos jours. Le D.M.C.E. a été aussi au cœur du projet européen « Le théâtre musical de Luciano Berio » (2010-2013), développé grâce à la collaboration de la Fondation G. Cini de Venise et le Centro Studi Luciano Berio de Florence, et du projet « Vers le présent de la dramaturgie musicale à travers l’idée d’espace ‘sensible’ » (2014-16) au sein du Laboratoire d’Excellence Arts H2H.

Le « Centre de Dramaturgie Musicale » accueille les doctorants et chercheurs liés aux divers domaines de recherche décrits supra. Tout en continuant un grand travail d’investigation sur la voix, l’interprétation et la dramaturgie à l’intérieur du courant plan quinquennal, le Centre développe une réflexion commune sur la figure d’Orphée (tant dans les œuvres « baroques », le convoquant pour légitimer les nouvelles formes musico-théâtrales, que dans les résurgences modernes -XXème siècle et contemporaines). L’ensemble de ces travaux donneront lieu en 2016 et 17 à des colloques (suivis de publications) et à des concerts (moment de publication synthétique des expérimentations menées tout au long du projet).

De manière prospective le Centre envisage d’ajouter un nouvel axe de spéculation : rendre compte efficacement de manière argumentative d’un processus artistique : élaboration d’une interprétation et performance.