Tradition et invention dans la composition musicale autour de la Méditerranée

Documentaire vidéo réalisé par Anis Fariji et Jean Paul Olive
Date : 2015. Durée : 1h. Assistance technique : La Parole errante – Stéphane Gatti

Avec le soutien du Conseil scientifique de l’Université Paris 8

 

Y a-t-il une ou des temporalités propres aux musiques des compositeurs des bords de la Méditerranée ? Y a-t-il des temporalités qui conserveraient des traces des traditions orales ? Qu’en est-il dans ces musiques du temps de la prière, de la transe, des mythes anciens réveillés, ou encore de l’exil, de la fracture ?

 

Le matériau musical traditionnel spécifique des nombreuses régions de la Méditerranée, sédimenté au fil du temps, se voit aujourd’hui confronté à un matériau neutre et à des procédés techniques qui tendent à se répandre dans toutes les cultures.

 

Dans ces pays méditerranéens, un certain nombre de compositeurs ont intégré des processus techniques de l’écriture musicale du XXe siècle, qui peuvent, eux aussi, générer des frottements avec les matériaux issus de la tradition.

 

Comment, dans ce contexte d’une mondialisation complexe, arriver à continuer à transcrire l’expérience, la persistance troublée du passé, ses changements, l’absorption du nouveau ?

 

De plus, les traditions musicales autour de la Méditerranée se caractérisent par un nouage intense entre poésie et musique. Cette qualité particulière aboutit à des pratiques parfois divergentes dans le rapport avec la métrique, le sens et l’image poétique ; les démarches des compositeurs présentent différentes conceptions et différents comportements vis-à-vis de la voix et des textes. Ce rapport au texte pose la question de l’expression, de la métamorphose et des déformations de l’image poétique musicale.

 

Matérialité, temporalité, textualité : ce sont les trois dimensions que parcourt ce documentaire à travers les paroles et les œuvres des compositeurs présents aux rencontres organisées les 14 et 15 novembre 2013 à l’Université Paris 8.

 

Personnes présentes dans le documentaire :

Compositeurs : Zad Moultaka (Liban), Hasan Uçarsu (Turquie), Ahmed Essyad (Maroc), Georgia Spiropoulos (Grèce), Enrique Muñoz (Espagne), Evdokija Danajloska (Macédoine) et Gianvincenzo Cresta (Italie).

Répondants : Christos Carras (Directeur artistique de Onassis Cultural Centre – Athènes), Karim Elloumi (doctorant – Université Paris 8), Anis Fariji (ATER – Université Paris 8), Joël Heuillon (MCF – Université Paris 8), Jean Paul Olive (professeur – Université Paris 8), Álvaro Oviedo (MCF – Université Paris 8), Makis Solomos (professeur – Université Paris 8).