Motion de l’unité de recherches MUSIDANSE, 23 janvier 2020

L’assemblée générale extraordinaire de l’unité de recherches MUSIDANSE s’est réunie pour réfléchir au triptyque réforme des retraites / LPPR (loi de programmation pluriannuelle de la recherche) / précarité : 

- elle se prononce contre la réforme des retraites, qui impactera fortement les enseignant.e.s-chercheur.e.s, et refuse la soi-disant compensation que propose la LPPR sous forme de primes, lesquelles aggravent l’autoritarisme managérial ; 

- elle se prononce contre la LPPR, qui aggrave la précarité (« tenure tracks  » et « CDI de chantiers ») et la compétition, qui remet en cause le statut des enseignant.e.s-chercheur.e.s (disparition de la référence aux 192h équivalent TD), qui renforce la logique managériale, etc. (cf. les centaines de motions d’autres labos, les analyses de Sauvons la recherche…) ; 

- elle souhaite qu’on s’attaque au problème de la précarité des doctorant.e.s, des jeunes chercheur.e.s, des étudiant.e.s, du personnel BIATOSS…

L’Assemblée générale de MUSIDANSE, par un vote à l’unanimité moins une abstention, déclare l’unité de recherches en grève jusqu’au 3 février et suspend son activité.

Elle propose des moyens de lutte diversifiés :

- dédier l’utilisation de son temps normalement dévolu à la recherche à des activités de mobilisation ;

- se démettre de toute responsabilité administrative (des responsables de diplômes jusqu’aux président.e.s d’université) ;

- refuser de participer à des évaluations et expertises ;

- déployer des formes plus tonitruantes et publiques de mobilisation (musiques et danses durant les manifestations) ;

- être solidaires avec l’ensemble des grévistes des autres secteurs par la participation aux caisses de grève ; 

- signer le texte de Rogue ESR de candidature collective à la présidence de l’Hcéres (http://rogueesr.fr/hceres/) ;

- participer à l’action « mur de thèses » qui sera construit devant les locaux de l’Hcéres ;

- participer aux coordinations nationales et locales, notamment à la coordination nationale des facs et labos en lutte les 1 et 2 février ;

- participer aux piquets de grève, en particulier ceux de Paris 8 tous les matins à 8h30 ;

- rejoindre la manifestation interprofessionnelle et nationale du vendredi 24 janvier 2020 ;

- rejoindre l’AG de l’UFR Arts, lundi 27 janvier à 10h, amphi Y ;

- rejoindre les personnels de Paris 8 en grève à l’amphi B1, tous les jours à 13h ;

- annuler le séminaire de recherche Musidanse du 30 janvier et rejoindre le séminaire "Politiques des sciences" qui se tient le même jour de 17h à 21h à l’EHESS (salle Lombard, 96 bd Raspail, à Paris https://pds.hypotheses.org/2770)

 

L’AG de MUSIDANSE rappelle les revendications suivantes :

- retrait du projet de réforme des retraites et de la LPPR ;

- pour une université gratuite et accessible à tou.te.s et une recherche scientifique publique au service de tou.te.s, financée de façon pérenne et non par projet ;

- pour des mesures efficaces de lutte contre la pauvreté et la précarité étudiantes (revalorisation des bourses, création de logements étudiants salubres et à faible loyer, amélioration de l’accès à la médecine universitaire) ;

- pour la création de postes de titulaires en nombre suffisant afin de couvrir les missions assurées par des précaires et la surcharge de travail des titulaires ;

- pour une véritable démocratie universitaire, contre l’augmentation du pouvoir gestionnaire des directions des universités et des établissements de recherche, à l’image de ce qui se concrétise avec les Établissements publics "expérimentaux" (Université Gustave Eiffel, Université Paris Saclay, Université de Paris, Université Grenoble Alpes, Université Côte d’Azur, etc.) ;

- pour la suppression des outils de management par la performance, individuelle et collective, de l’Université et de la recherche. Pour la diminution des tâches dites « administratives » qui rendent la recherche de plus en plus difficile.