Atelier de recherche DAMUALCA 2022

Atelier de recherche DAMUALCA « Danses et musiques d’Amérique latine et des Caraïbes »
Coordonné par Laura Fléty et Clara Biermann

L’atelier DAMUALCA « Danses et musiques d’Amérique latine et des Caraïbes » réunit pour la seconde année consécutive chercheurs, chercheuses et étudiant·es, travaillant sur des pratiques performatives, musicales et dansées, en Amérique latine et dans les Caraïbes. Centré sur une aire culturelle, entendue dans toute sa diversité, et volontairement non thématique, cet atelier se veut un espace de rencontre et de réflexion approfondie sur les objets de recherche des participant·es. La forme et le contenu des interventions, d’une durée d’une heure, seront libres, allant de l’analyse de matériaux ethnographiques à des lectures de textes, des réflexions méthodologiques et épistémologiques sur les approches historiques, sociologiques, esthétiques ou anthropologiques des pratiques musicales et dansées, à des présentations centrées sur des débats contemporains ou des questions non-résolues des travaux de recherche.

Laura Fléty, Anthropologue, Chargée de mission scientifique pour le Centre National de la Danse, Pantin et membre associée E.A Musidanse, Esthétique, musicologie, danse et création musicale.

Clara Biermann, Ethnomusicologue, Département Musique, Université Paris 8
Membre de l’E.A. Musidanse, Esthétique, musicologie, danse et création musicale.

Pour obtenir les liens de connexion pour les séances en visioconférence, merci d’écrire à atelier.damualca@gmail.com

Mardi 11 janvier, 13h-15h, en visioconférence

Élégance dans la ville. La production d’une image de contemporanéité de l’autochtonie à travers les vidéo-clips des groupes de musique d’Otavalo, Andes équatoriennes
Jérémie Voirol, post-doctorant en anthropologie, Université de Manchester & Graduate Institute Geneva

Dans cette présentation, j’examine l’image de l’autochtonie (« indigeneidad ») diffusée à travers les vidéo-clips conçus par des producteurs autochtones d’Otavalo (Andes équatoriennes) pour un public régional principalement autochtone. Pour ce faire, je m’intéresse aux motivations des producteurs et des musiciens dans la réalisation de ces clips et à la constitution d’une esthétique spécifique à travers l’analyse des environnements filmés, des personnages et de leurs actions. En investiguant ces clips musicaux, communément consommés dans la région, j’essaie de comprendre comment l’autochtonie est conçue par les autochtones otavalos ordinaires. Je montre que cette conception défie les récits et imaginaires nationaux et internationaux de l’autochtonie (comme ceux liés à l’indigenismo et à l’image globalisée des Andes par exemple), qui reposent souvent sur les dichotomies rural/urbain et tradition/modernité (les autochtones étant associés aux premiers des deux termes). Tandis que les recherches sur les liens entre autochtonie et médias tendent à être imprégnées d’une manière ou d’une autre par ce genre d’oppositions, les clips musicaux des Otavalos s’en éloignent en perturbant les frontières entre ces termes antagoniques (par exemple, ils donnent à voir un engagement intense avec l’urbanité et un usage répandu des nouvelles technologies par des autochtones clairement identifiables comme tels). Par conséquent, je soutiens que l’esthétique de ces vidéos musicales constituent une revendication de la contemporanéité des autochtones otavalos comme membres à part entière de la société globale.


Mardi 15 février, 13h-15h à l’université Paris 8

Identité bahienne et constitution de la localité à travers la fête de caruru des Saints Côme et Damien (Brésil)
Yuri Prado, post-doctorant en anthropologie, Université de São Paulo / EHESS

Mardi 15 mars, 13h-15h à l’université Paris 8

Le rythme est dans les détails : une approche des schémas dans le jeu du tarol du coco de roda (Igarassu, Itamaracá, Itapissuma, PE, Brésil)
Jean-Pierre Estival, ethnomusicologue


Mardi 12 avril, 13h-15h à l’université Paris 8

Tresser la danse et les relations féminines dans la fête de la Tirana (Nord Chili)
Laura Fléty, anthropologue, E.A Musidanse

Mardi 10 mai, 13h-15h à l’université Paris 8

Prendre la rue. Ethnographie d’une performance des bandes à pied et des rara à Port-au-Prince
Mathilde Périvier, doctorante en anthropologie IMAF-EHESS & éditrice aux éditions de l’IHEAL


Mardi 8 juin, séance finale à l’université Paris 8
10h-12h

"Anarchiver" des danses reggaeton dans l’ère d’après Despacito : pour des archives et des histoires décoloniales des pratiques de perreo de jeunes « Latinxs » vivant en France
Emma Gioia, doctorante en recherche-création, Université Grenoble-Alpes & Université Aix-Marseille

14h-16h

Deux ans d’atelier, bilan et perspectives
animé par Laura Fléty et Clara Biermann

IMG/jpg/damualca1.3.jpg