Geste, Figure, Caractère. Vers une théorie matérielle des formes musicales

2012-2016
Programme de coopération ECOS-MINCyT (Argentine)
Responsables : Jean Paul Olive, Álvaro Oviedo

Le projet de recherche proposait l’étude approfondie d’un certain nombre de catégories musicales et de partitions du XXe siècle à partir du concept de « geste musical ». Le concept de « geste musical » est ici compris dans ses multiples dimensions :

• le geste instrumental, comme point de départ du son pensé en tant que production matérielle mais aussi en tant qu’ensemble d’habitus et deconventions ancrés dans le corps et ses mouvements transmis à travers l’instrument,

• le geste cristallisé dans le matériau et dans ses formes diverses, tant du point de vue du détail (motif, figure, topoï, idiome) que des processus (thème, séquence, plans de l’écriture) et plus largement des formes,

• le geste compositionnel qui intègre les deux dimensions précédentes et les déploie dans l’acte créatif. Ce troisième plan, bien plus vaste, conduit à considérer les oeuvres, selon l’expression du philosophe Theodor W. Adorno, comme des « champs de forces » présentant leurstensions irrésolues, garantie de leur intensité et de leur dynamisme.

 

Méthodologie

La méthodologie d’analyse des aspects gestuels dans la musique contemporaine a voulu partir ici sur une prémisse : l’historicité du musical ne se manifeste pas seulement dans les séries diachroniques propres à la transformation du matériau musical, mais il est possible d’identifier, dans la conformation immanente des matériaux, la trace des tels processus historiques. Comme conséquence, l’analyse musicale a cherché à identifier ces éléments de l’historicité dans la structure musicale elle-même. On a tenté de dépasser la dissociation entre des aspects historiques et théoriques dans l’analyse musicale, évitant tant les limites d’un formalisme analytique des matériaux purs, comme celles qui voudraient les projeter seulement sur un plan interprétatif. Le projet de travail a visé à rendre critiques et historiquement éloquents les résultats de l’analyse musicale, ou pour le dire autrement, à rendre possible une rencontre entre l’analyse formelle et une herméneutique critique.

 

Plan de travail

Cette recherche a été développée dans deux directions musicales différentes – l’une plus historique, l’autre plus contemporaine –, directions auxquelles ont correspondu deux types de corpus :

• la musique du début du XXe siècle qui, dans son mouvement d’émancipation vis-à-vis de la tonalité, s’est trouvée confrontée à la nécessité d’inventer de nouveaux gestes ou d’en renouveler les composantes ; ce corpus comprendra tout autant les oeuvres de la Seconde Ecole de Vienne que celles de compositeurs tels que Claude Debussy, Igor Stravinsky, Edgar Varèse ou Paul Hindemith,

• la musique de la fin du XXe siècle et actuelle, plus particulièrement les partitions des compositeurs qui ont placé au centre de leur réflexion et de leur production, d’une façon ou d’une autre, la problématique du geste musical en relation avec l’écriture. Il a été question de compositeurs tels que Helmut Lachenmann, György Kurtag, György Ligeti, Luigi Nono ou Klaus Huber. Mais aussi, étant donné la configuration bipartite du projet (France – Argentine), des compositeurs argentins tels que Gerardo Gandini, Mariano Etkin, Francisco Kröpfl, Pablo Ortíz, Julio Viera y Oscar Strasnoy.

La recherche a été focalisée sur deux aspects importants de la problématique du geste :

• l’approfondissement de la définition complexe d’un tel concept en correspondance, relation ou contraste avec d’autres concepts proches, mais cependant différents, tels que « figure » ou « caractère ». On a tenté notamment de saisir en quoi la mise en avant du « geste » était apte

à favoriser une approche dynamique dans l’analyse des compositions modernes ;

• dans un deuxième temps, on a cherché à mettre en relation la catégorie de geste avec d’autres catégories plus traditionnelles – mais éminemment pertinentes par leur ancrage historique et leur fonction processuelle – de la composition musicale : le contrepoint, l’harmonie, les éléments formels. On a alors tenté d’évaluer dans quelle mesure une telle interaction entre le « geste musical » et ces catégories plus larges, rassemblant d’autres éléments de la composition, pouvait être fructueuse pour la réactualisation de ces catégories.

 

Le programme s’est réalisé sous la forme de plusieurs voyages intégrant chercheurs et doctorants, au cours desquels des conférences ont été donné, notamment au cours de deux colloques ayant donné lieu à des publications :

- du côté argentin :

- du côté français :

 

Ont participé aux déplacements dans les deux pays : Jean Paul Olive (professeur, Université Paris 8), Alvaro Oviedo (jeune chercheur de l’Université Paris 8), Violeta Nigro Giunta (jeune chercheur, Université Buenos Aires), Pablo Fessel (chercheur, Buenos Aires), Laura Novoa (doctorante, Buenos Aires), Olga Moll (chercheuse, Paris 8), Fabien San Martin (doctorant Paris 8), Federico Mojeau (professeur, université Buenos Aires).