Les promenades sonores et chorégraphiques en question

Journées d’études, 12, 13 janvier 2018
Dans le cadre du projet Labex arts H2H « Arts, écologies, transitions » et du projet de recherche IUF « chorégraphie et paysage »
Responsables : Julie Perrin, Nicolas Donin

PDF - 807.1 ko
journees_promenades_12-13_01_2018

L’histoire des artistes marcheurs au XXe siècle s’est principalement tournée vers les pratiques performatives d’artistes visuels : elle va de dada aux artistes du Land Art en passant par les surréalistes ou Fluxus, jusqu’à des artistes contemporains tels Francis Alÿs, Sophie Calle ou le collectif Stalker. Si cette histoire s’est volontiers articulée à la littérature, notamment à travers la figure du flâneur, elle intègre rarement les démarches des compositeurs et des chorégraphes. 

 

Réunissant artistes, musicologues, chercheuses en danse, géographes, philosophes, ces journées d’étude interrogeront la marche (solitaire ou collective) en relation avec la création sonore ou chorégraphique : comment penser la dimension « hodologique » (du grec hodos, chemin) de l’art, c’est-à-dire le caractère situé d’une expérience esthétique dont la saisie perceptive implique le déplacement du spectateur-marcheur ? Comment y articuler les notions de milieu, de paysage, d’ambiance et d’écoute ? De quelles façons ces œuvres instaurent-elles un lien spécifique avec le contexte de leur effectuation ? Y a-t-il des logiques de composition commune à l’art hodologique ? Quelle écologie perceptive est en jeu dans l’expérience esthétique multimodale d’une œuvre hodologique ? Quelles méthodes d’analyse spécifiques de tels objets d’études engagent-ils ? 

 

Avec, comme intervenants, Roberto Barbanti, Jean-Marc Besse, Elena Biserna, Joanne Clavel, Alix De Morant, Nicolas Donin, Bastien Gallet, Jean-Luc Hervé, Myriam Lefkowitz, Gilles Malatray, Julie Perrin, Laurent Pichaud, Gretchen Schiller, Makis Solomos.