Isabelle GINOT

Professeure


Critique de danse de 1983 à 2005 (La Marseillaise, Révolution, Les Lettres Françaises, La Croix, Ballett International), Isabelle Ginot travaille d’abord dans le milieu chorégraphique auprès de structures de programmation (Rencontres chorégraphiques internationales de Seine Saint-Denis, Festival international Montpellier Danse, théâtre de Tremblay en France...) ou des groupes et compagnies d’artistes (les Carnets Bagouet, compagnie IDA/Mark Tompkins, Emmanuelle Huynh, Rosalind Crisp, Julie Nioche...).
En 1997 elle soutient son doctorat et devient maîtresse de conférences au département danse de Paris 8, puis professeur dans ce même département (2007). Depuis 2000 elle est également praticienne certifiée de la méthode Feldenkrais.
Ses travaux de recherche et d’enseignement ont connu une première période consacrée à l’analyse des œuvres en danse contemporaine, interrogeant tout particulièrement l’activité perceptive du spectateur (ou du critique) dans la lecture ou l’analyse des pièces chorégraphiques, d’une part. D’autre part, l’œuvre chorégraphique étant saisie dans ses liens avec différents cercles contextuels, il s’agissait aussi de la penser comme processus - même dans son état de représentation - et d’interroger autant l’œuvre scénique que les pratiques et les discours qui contribuent à son émergence.
A partir de 2007, la question des pratiques devient centrale, et conduit à élaborer un nouveau terrain de recherche qui concerne les pratiques somatiques, à la croisée des pratiques de danse et des pratiques de soin. Co-fondatrice de A.I.M.E. (Association d’individus en mouvements engagés), elle développe avec l’association un ensemble de pratiques corporelles issues de la danse et des pratiques somatiques, en direction de personnes en situation de précarité sociale ou de santé. Ce nouvel axe de travail, qui fait écho aux questions de certains danseurs sur les frontières entre pratique artistique et monde social, donne lieu, d’une part, à la création d’un nouvel axe de formation : Diplôme d’université « Techniques du corps et monde du soin », aujourd’hui devenu le parcours « Danse, éducation somatique et publics fragiles ». D’autre part, à un programme de recherche sur les méthodes somatiques, leur histoire et leur épistémologie, qui donne naissance au groupe de recherche « Soma&Po. Somatiques, Esthétiques, Politiques. » Cet axe de recherche s’appuie sur un engagement de terrain qui la conduit à travailler auprès de publics précarisés autour des pratiques somatiques et de leurs usages politiques et sociaux, et à collaborer avec des chorégraphes et performers autour d’une « pratique somatique du regard » : depuis 2005, elle collabore au projet « Danse » de Rosalind Crisp, et elle co-enseigne avec celle-ci « DanseLab », un atelier de recherche sur la production, la perception et la poétique du geste dansé. En 2013, elle crée avec Julie Nioche « Sensationnelle », performance pour danseur, spectateur et toucheur, où se travaille l’expérience proprioceptive et tactile du regard sur le geste dansé.
Elle est actuellement responsable du parcours « Danse, éducation somatique et publics fragiles », co-responsable, avec Isabelle Launay, du programme doctoral en danse de Paris 8 et du laboratoire « Analyse des discours et pratiques en danse », et directrice depuis 2015 de l’école doctorale « Esthétiques, sciences et technologies des arts » (EDESTA)

Publications

Livres

Dominique Bagouet, un labyrinthe dansé, Centre national de la danse, 1999.

La Danse au XX° siècle, M. Michel et I. Ginot, [Bordas 1995], Larousse 1998, 2002

 

Directions d’ouvrages ou de revues

Penser les Somatiques avec Feldenkrais. Editions L’Entretemps, Lavérune collection « Lignes de corps », 2014

Cahier « Partages » n°1, Office de diffusion et d’information artistique de Normandie, avril 2003

Protée, « Danse et altérité », automne 2001 : coordination du numéro spécial danse, avec Michèle Febvre (UQUAM, Montréal) et Isabelle Launay (Paris 8)

Mobiles « Danse et utopie », L’Harmattan, collection « Arts 8 », 1999 : comité de rédaction

 

Articles dans des revues à comité de lecture

 « Pour une écologie des Somatiques » (avec Joanne Clavel), Revista Brasileira de Estudos da Presença, Porto Alegre, v. 5, n. 1, p. 85-100, jan./avr.

  • « Inventer le métier », Recherches en danse [En ligne], 1, 2014, mis en ligne le 13 février 2014. URL : http://danse.revues.org/531
  • « Danse potentielle. A propos de ‘Danse’ de Rosalind Crisp », Recherches en danse n°2, 2014. <danse.revues.org>
  • « A Common place », in Noémie Solomon, ed., Danse : an anthology, Les Presses du Réel, New York Série, 2013, pp. 159-174.
  • « What do we do and what is it for ? A description of the Feldenkrais Method through the notions of body image and body schema », The Feldenkrais Journal, n° 26, 2013, pp. 10-16.
  • « Douceurs somatiques », Repères, cahier de danse, n. 32, novembre 2013, p. 21-25.
  • « Ecouter le toucher », Chimères n°78, « Soigne qui peut », sous la
  • « Un défi épistémologique et politique : les pratiques somatiques et leurs usages sociaux », Spirale, n. 242, automne 2012, p. 58-60
  • « Habits and changes in movement : time models in the Feldenkrais Method » (avec Marie Bardet), Writings on Dance : Falling behind : politics and the body states. Australie, janvier 2012, pp. 10-27.
  • « Body schema and body image. At the crossroad of somatics and social work », Journal for Dance and Somatic Practices, Volume 3 Issue 1&2, 2012, pp. 151-165.
  • « From Shusterman’s Somaesthetics to a Radical Epistemology of Somatics », Dance Research Journal, Summer 2010 (42.1), pp. 12-29
  • « De l’image à l’imaginaire » (article collectif), Repères, mars 2006, pp.
  • « Conversations on choregraphy » (article collectif), Performance Research « Moving Bodies », volume 8, n°4, décembre 2003. Editions Routledge.
  • « Dis-identifying : dancing bodies and analyzing eyes at work. A discussion of Vera Mantero’s a mysterious Thing, said e.e. cummings », Discourses in Dance, volume 2 n° 1, Londres, 2003.

 

Chapitres d’ouvrages

  • « Dance of the Possible », in Bodies of thought. 12 Australian choreographers, dir. Erin Brannigan and Virginia Baxter, Wakefield Press, Real Time, Kent Town, (Australie), 2014.
  • « Du bien être comme devenir subjectif : techniques du corps et techniques de soi », (avec Carla Bottiglieri et Violeta Salvatierra) in Florin, Agnès & Préau Marie (dir), Le Bien-être, Paris : L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2013, pp. 243-254.
  • « S’asseoir », in Histoires d’un geste, dir. I. Launay & M. Glon, Actes Sud, 2012 pp. 114-126
  • « Regarder », in Histoires d’un geste, dir. I. Launay & M. Glon, Actes Sud, à paraître, 2012 pp. 218-231.
  • « Percevoir, sinon, rien », in Réinventer la politique culturelle ?sous la dir. De Denis Cerclet, ed. La Passse du vent, 2012 pp 317-323.
  • « Discours, techniques du corps et technocorps. A partir, et non à propos, de Conscience du corps de Richard Shusterman » in A l[a’r]encontre de la danse contemporaine : porosités et résistances, sous la dir. de Paule Gioffredi, L’Harmattan, collection “Le corps en question”, 2009, pp. 265-293.
  • « Anachronismes ? » à propos des Carnets Bagouet, in Les Carnets Bagouet, dir. I. Launay, Les solitaires intempestifs 2007, pp. 11-15.
  • « Identity, the contemporain and the dancer », in Dance discourses. Keywords in dance research, edited by S. Franco and M. Nordera, Routledge, New York London 2007, pp. 251-265.
  • « L’identità, il contemporaneo e i danzatori », I discorsi della danza, a cura di Suzanne Franco e Marina Nordera, Utet Libreria, Torino, 2005, pp. 301-321.
  • « Danse : l’en-dehors et l’au-dedans de la discipline », Les nouvelles formations de l’interprète, études réunies et dirigées par Anne-Marie Gourdon, C.N.R.S. éditions, Paris, 2004.
  • « Une structure opaque : autour des Accumulations de Trisha Brown » (avec Christine Roquet), Etre ensemble, Centre national de la danse, Pantin 2003
  • « Les croyances suspendues : autour des Hommages de Mark Tompkins », La danse en solo, édition Centre national de la danse, Pantin 2002.
  • « Expositions » (Heiz Koerper d’Arthur Kuggeleyn), De l’arsenic, édition l’Arsenic de Lausanne, 2002.
  • « Une structure démocratique instable », Mobiles n°1, « Danse et Utopie », Arts 8, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 112-118
  • « Christian Bourigault : soi entre autres », Portraits - Christian Bourigault,éditions W, Macon 1998.
  • « Entre terre et talon. Susan Buirge ». Dans l’espace des saisons, Susan Buirge, éditions Le Bois d’Orion,Isle-sur-Sorgue,1998
  • « Histoire et illusion. De l’influence du théâtre dansé allemand sur la danse en France. » Le Théâtre dansé de notre temps. Trente ans de l’histoire de la danse allemande. Coll., Kallmeyersche, Hanovre 1997
  • « Masks of Violence. Elizabeth Strebb ». Body.con.text, ed. Ballett International,Berlin 1997

 

Autres

  • Directrice de l’Ecole Doctorale EDESTA (depuis février 2015)
  • Co-responsable du Laboratoire d’analyse des discours et pratiques en danse (Laboratoire MUSIDANSE)
  • Création et animation du groupe de recherche « Soma&Po. Somatiques, esthétiques, politiques »
  • Responsable scientifique du projet « Pratiques corporelles et pouvoir d’agir : pour une approche politique des pratiques somatiques », appel à projet PARI 2011-2013
  • Responsable scientifique du projet « La critique en question », projet de recherche labellisé LABEX « Arts – H2H » 2012
  • Responsable scientifique du projet "Pratiques somatiques et qualité de vie pour les personnes vivant avec le VIH", lauréat de l’appel à projet "Qualité de vie et qualité des soins" SIDACTION 2007, 2009, 2010 :