Mario LORENZO


|

Compositor, nació en 1968 en Buenos Aires, vive y trabaja en París. Compone música instrumental, electroacústica y mixta. Su escritura está relacionada a un enfoque “multiescala”. Desde el grano sonoro a la totalidad de una obra, sus composiciones están organizadas en una gran cantidad de figuras de tamaños distintos, independientes e interdependientes. Tiene una formación universitaria y defendió una tesis de doctorado en la Ecole Doctorale Esthétique, Sciences et Technologies des Arts de l’Université de París VIII, sobre el tema relativo a la composición musical, desde la perspectiva de la filosofía del lenguaje y el conocimiento. Sus ámbitos de investigación son:
• Composición musical: música electroacústica, mixta e instrumental. Enfoque multiescala (polifonía de figuras).
• Informática musical: escritura musical con el objeto sonoro digital, lenguaje orientado objeto, código alfanumérico (SuperCollider).
• Epistemología musical: filosofía del lenguaje aplicado a la teoría musical, clarificación conceptual. Percepción del aspecto: ver y escuchar como.


Compositions (sélection)

Figures sur la corde (électroacoustique). Création mondiale : Bienal Internacional de Música Eletroacústica de São Paulo, (BIMEPS), Brazil, 2016.

Compost (Installation sonore).Bois, métal, câble, carte Arduino, 2 cartes son multipliste, 8 amplificacteurs, 32 hp. Commande : Festival Archipel, Genève, Suisse. Création mondiale : Festival Archipel, Genève, Suisse, 2013. Création française : Abbaye Royaumont, 2014.

Cuerdos (Installation sonore). Cordes, métal, bois, câble, carte Arduino, amplificacteurs, 16 haut-parleurs. Création mondiale : Semaine de la francophonie, Centre Rennes, Paris, 2014.

Alt (hautbois et électroacoustique). Durée : 8’. Commande : Ensemble Vortex. Création mondiale : Théâtre du Galpon, Genève, Suisse, 2008.

Yv (électroacoustique). Durée : 9’. Commande : Osterfestival. Création mondiale : ORF-Kulturhaus, Innsbruck, Autriche, 2007.

Bwv 988 Rmx (Nuit blanche pour endormir l’ambassadeur). (Électronique en temps réel). Durée : indéfinie. Création mondiale : Festival Nuit Blanche, Paris, 2006

Tt (électroacoustique). Durée : 8’10’’. Pièce composée au CCMIX (Centre de Composition Musicale Iannis Xenakis). Création mondiale : Les Voutes, Paris, 2004.

Richter Un opéra documentaire de chambre (Baryton, tenor, mezzo-soprano, 2 pianos, percussion, chœur de chambre, électroacoustique). Durée : 1h 10’ Textes : Esteban Buch. Commande : T&M (Théâtre et Musique). Cooproduction CETC (Centro de Experimentación del Teatro Colón), T&M et Festival d’Automne à Paris. Création mondiale : CETC (Centro de Experimentación del Teatro Colón), Festival international de teatro, Buenos Aires, Argentine, 2003. Création française : Festival d’Automne à Paris, 2003.

Esc (flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, trompette, trombone, piano, percussion, violon, alto, violoncelle, contrebasse). Durée : 10’ . Commande : Ensembles XXI. Création mondiale : Teatro Colón, Buenos Aires, Argentine, 2002. Création française : Conservatoire de Villeneuve-le-Roi, 2003

Pièces pour quintette à vent (flûte, hautbois, clarinette, cor, basson). Durée : 10’. Commande : Radio France, emission "Alla breve". Création mondiale : Radio France, Paris, 2002

Craa (flûte, hautbois, clarinette, cor, basson et électronique). Durée : 9’ 20. Commande : Festival de Música Contemporanea, Bourse Sacem 2002. Création mondiale : Festival de Música Contemporanea, Teatro San Martín, Buenos Aire, 2002

Ty (basson, flûte et électronique) Durée : 7’. Commande : Aca (Action Culturelle Artistique) et Densité 93. Création mondiale : Théâtre Georges Brassens, Villemomble, 2002

Erre erre (flûte, clarinette, basson, cor, percussion et électronique).Durée : 8’. Création mondiale : Musée d’Art et de Histoire, Saint Denis, 2001.

Erre (électroacoustique). Durée : 9’ 26". Création mondiale : Forum Science en scène, Campus de Villetaneuse, 2001. Prix International Noroit de Composition Musical.

Brouillamini (flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, trompette, trombone, percussion, violon, alto, violoncelle, contrebasse). Durée : 13’ 10". Commande : Ensambles XXI. Création mondiale : Théâtre Colón, Buenos Aires, 2000. Prix Juan Carlos Paz, Fondo Nacional de las Artes (FNA), Argentine.

Arenas de Lutecia (3 trombones, 4 percussionnistes). Durée : 18’. Commande : Fondo Nacional de las Artes (FNA), Argentine

Se bifurca en otro (électroacoustique). Durée : 12’ 40". Création mondiale : Concorso Luigi Russolo, Italie, 1999. Prix 21° Concorso Luigi Russolo, Italie.

Kalevala Act (Spectacle pluridisciplinaire). Percussion et électronique, 2 danseuses, comédien, plasticien. Durée : 50’. Commande et production : Association Boîte à Outils. Création mondiale : Institut Finlandais, Paris, 1998.

Ni anverso ni reverso (bandoneón). Durée : 14’. Création mondiale : Auditorio El Aleph - Centro Cultural Ciudad de Buenos Aires, 1997.

Iniciación (3 percussionistes). Durée : 8’. Création mondiale : Auditorio El Aleph, Centro Cultural Ciudad de Buenos Aires, 1997.

La obra tiene al sembrador (flûte, hautbois, clarinette, basson, bor, trompette, piano, violoncelle. Durée : 9’ 30". Création mondiale : Théâtre Colón, Buenos Aires, 1996. Prix Jeunes Compositeurs, Fundación Omega, Argentine. 

Soliloquio (flûte). Durée : 7’. Création mondiale : Auditorium Mons. Octavio N. Derisi, Buenos Aires, 1996.

Las canciones de Natalia (voix et piano). Durée : 9’ 26". Textes de Juan Gelman.Création mondiale : Auditorium Club Italiano, Buenos Aires, 1996.

Intermezzo AM (huit radios). Durée : 20’. Création mondiale : Auditorio El Aleph, Centro Cultural Ciudad de Buenos Aires, 1996.

Acaso dos mil caracoles pueden tocar el piano ? (Quatuor de cordes). Durée : 14’. Création mondiale : Auditorium Mons. Octavio N. Derisi, Buenos Aires, 1995

Trío para el vino nuevo (flûte, violon et piano). Durée : 13’. Création mondiale : Auditorium Mons. Octavio N. Derisi, Buenos Aires, 1994. 

Introducción y fuga (piano, flute, violon et bande). Durée : 10’Création mondiale : UCA, Buenos Aires, 1993. 

Articles dans des revues à comité de lecture

M. Lorenzo, « De la figure de référence à la figure spatiale ». Revue Francophone d’Informatique Musicale, n° 5 - automne 2017. 

Communications publiées

M. Lorenzo, « Écrire de figures avec code alphanumérique : pour une transmission de la composition musicale multi-échelle en milieu numérique. Journée d’études : « La dynamique des œuvres sur support numérique ». Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, 2 mars 2017. [en voie de publication].

M. Lorenzo, « ‘Comme objet’ et ‘Comme figure’ », Journées d’Analyse Musicale de la Sfam, Université de Bourgogne MSH - Dijon. 21 et 22 novembre 2016. 

M. Lorenzo, « Composition des figures en tant que séquences d’événements finies », Actes des Journées d’Informatique Musicale (JIM) Albi, 2016.

K. Barkati K. et M. Lorenzo, « Cbox : entre temps réel et temps différé », Actes des Journées d’Informatique Musicale (JIM), Paris, 2005.

Productions artistiques théorisées

M. Lorenzo, M. À propos de la composition de l’opéra Richter, rapport CICM, Paris 8, 2003.

M. Lorenzo, « Les espaces d’Erre », ACI, Jeunes chercheurs, « Espaces sonores », CICM, Université Paris VIII, 2002.